dimanche 25 février 2024
Accueil > Consommateur > Médicaments antidouleurs: Les autorités «vigilantes» face à l’augmentation des mauvais usages

Médicaments antidouleurs: Les autorités «vigilantes» face à l’augmentation des mauvais usages

Pour faire face à la recrudescence des mauvais comportements liés à la consommation des opioïdes, les autorités mettent en garde contre les risques
Les prescriptions des opioïdes ont été multipliées par 2,5 entre 2006 et 2017. Et les problèmes (hausse des hospitalisations, des décès, des patients dépendants) liés à la mauvaise utilisation de ces antidouleur [qui présentent les mêmes propriétés que l’opium] ont logiquement augmenté en ces dernières années.

Le nombre de décès a bondi

Le nombre d’hospitalisations liées à la consommation de ce type de médicaments a ainsi augmenté de 167 % entre 2000 et 2017, tandis que le nombre de décès a bondi de 146 % entre 2000 et 2015, avec « au moins quatre décès par semaine », souligne l’Agence du médicament (ANSM) qui a publié un rapport alarmant ce mercredi. Et ces « hospitalisés » sont en majorité des femmes, souvent âgées de plus de 60 ans.

« Il y a un certain nombre de signaux qui nous incitent à être très vigilants », reconnaît ainsi Nathalie Richard. « On voit apparaître des catégories de patients à qui on a prescrit ces médicaments pour soigner des douleurs » et qui, devenus dépendants, se retrouvent hospitalisés pour une surdose ou un syndrome de sevrage, décrit la directrice adjointe des médicaments antalgiques et stupéfiants à l’ANSM.