samedi 20 juillet 2024
Accueil > Actu / news > Officines de pharmacie : concurrence déloyale au Sud
L'ordre des pharmaciens appelle les officines de pharmacie a se conformer à la loi

Officines de pharmacie : concurrence déloyale au Sud

L’ordre des pharmaciens de la région du Sud-ouest  du pays a appelé les officines de pharmacie de cette partie du pays à  se conformer à la loi en matière de respect des horaires d’ouverture et de  fermeture légales et de leurs activités en général.

« Nous appelons une fois de plus les officines de pharmacies à travers la  région du Sud-ouest du pays (Bechar, Adrar, Tindouf, Naâma et El-Bayadh) au  respect strict des horaires dÆouverture et de fermeture de leurs  établissements (8h à 20 heures), de la loyale concurrence et surtout le  respect de la garde de nuit, comme convenu avec les directions locales du  secteur de la santé, de la population et de la réforme hospitalière », a  indiqué a l’agence presse Algérie  le vice-président de cet ordre, Tayeb Elyas Bouzar .

 

Détention des cartes Chifa !

« Aussi nous dénonçons, en notre qualité, les pratiques de détention par  certaines officines de pharmacie des cartes Chifa, dans le but de  l’accaparement d’une grande partie du marché du médicament et ce au  détriment de la législation », a-t-il ajouté en souhaitant  « l’intensification des contrôles des inspecteurs des antennes de la Caisse  nationale des assurances sociales (CNAS), pour mettre fin à cette pratique  déloyale et illégale ».

 

Réduction des demandes d’ouverture

L’ordre des pharmaciens du Sud-ouest, qui regroupe 500 pharmaciens, émet  le vœu de la réduction des demandes d’ouverture d’annexes de certaines  officines dans des localités ou sont déjà ouvertes des officines de  pharmacie et ce pour permettre la satisfaction de la demande d’ouverture de  nouveaux établissements du genre à travers ces mêmes localités qui est de  l’ordre de 100 demandes actuellement, selon le même responsable.

« L’existence de 500 officines de pharmacie à travers les wilayas du  Sud-ouest, bien qu’elle permette la satisfaction des besoins des malades en  médicaments, surtout dans les zones éloignées des grands centres urbains,  ne signifie nullement le non-respect des lois en matière de concurrence et  de respect des activités professionnelles des membres de l’ordre », a ajouté  M. Bouzar.

 

Agence/synthèse