samedi 2 mars 2024
Accueil > A LA UNE > AstraZeneca: Le contrôle de l’asthme dans la région MENA est insatisfaisant

AstraZeneca: Le contrôle de l’asthme dans la région MENA est insatisfaisant

La sociétés pharmaceutiques mondiales AstraZeneca, a récemment mis en lumière le niveau de contrôle de l’asthme dans la région et en Algérie. La société a mené l’étude ESMAA, évaluant la gestion de l’asthme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA) Population adulte.

Selon l’étude ESMAA, le contrôle de l’asthme dans la région MENA est insatisfaisant avec moins d’un tiers des patients asthmatiques ayant une maladie contrôlée. Les résultats ont également confirmé l’observance sous-optimale des traitements prescrits, moins d’un quart de la population déclarant avoir bien adhéré à leurs schémas thérapeutiques.

100 médecins généralistes et spécialistes algériens ont participé à l’étude ESMAA représentant les secteurs public et privé. En outre, 998 patients en Algérie ont participé à l’étude sur 97 sites. En Algérie, le taux de prévalence de l’asthme est de 3.45%. Alors que les chiffres sont modérés, l’impact est élevé[2].

Deux tiers des patients algériens souffrent d’asthme non contrôlé ou partiellement contrôlé. En outre, les patients en Algérie utilisent des inhalateurs d’urgence au moins une fois par semaine et 50% ont une mauvaise observance d’un traitement efficace. Les résultats de l’étude soulignent la nécessité d’améliorer l’observance du traitement, ainsi qu’un meilleur suivi et une meilleure éducation chez les professionnels de la santé et les patients. Au total, 7306 patients de 11 pays ont participé à l’étude ESMAA, notamment l’Algérie, l’Égypte, l’Iran, l’Iraq, la Jordanie, le Liban, le Koweït, l’Arabie saoudite, la Tunisie et les Émirats arabes unis.

 

Amal Haddouche Hamed Abdelouahab  « Nous nous engageons à répondre aux principaux besoins »

« L’impact de l’asthme dans la région est lourd et nécessite des mesures immédiates, en particulier pour accroître la sensibilisation et la compréhension globale des maladies respiratoires chroniques chez les travailleurs de la santé, les fournisseurs de soins de santé et les gouvernements. Nous nous engageons à répondre aux principaux besoins non satisfaits en matière d’asthme, car la maladie respiratoire est l’un des principaux domaines thérapeutiques d’AstraZeneca et notre objectif est de transformer le paradigme du traitement de l’asthme et de la maladie pulmonaire obstructive chronique. » a fait savoir la  directrice médicale d’AstraZeneca, Afrique du Nord .

 

 -Professeur Habib Douaguia:

«L’asthme a un impact majeur sur la vie des adultes vivant avec la maladie en Algérie. Le taux de prévalence de l’asthme en Algérie est de 3.4%. Le défi reste à relever pour traiter les problèmes d’asthme et améliorer les résultats en Algérie et dans l’ensemble de la région. Les patients méritent que nous nous concentrions sur la réalisation de cet objectif. De meilleurs résultats pour les patients aideront également à réduire les coûts totaux de l’asthme.”

-Dr. AbdennourBenyous :

“L’asthme peut être contrôlé avec des médicaments inhalés modernes, mais reste un état grave s’il n’est pas bien contrôlé et des diagnostics précoces et précis sont importants. Il est important que les autorités sanitaires de la région élaborent des stratégies et des plans d’action nationaux pour améliorer la prise en charge de l’asthme, tout en assurant la disponibilité de directives nationales appropriées pour la prise en charge de l’asthme. Il est nécessaire de sensibiliser davantage les patients et d’informer les médecins des directives de contrôle de l’asthme pour atteindre un contrôle optimal de l’asthme, et ainsi réduire le fardeau de la maladie,” a ajouté le Président des Allergologues Privés Algériens et Vice-Président International Allergology Federation

 


Les résultats de l’étude ESMAA soulignent la nécessité d’un meilleur contrôle de l’asthme en Algérie

  • L’étude ESMAA suggère que le contrôle de l’asthme reste insatisfaisant dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord avec la nécessité d’améliorer l’accès à des traitements appropriés ainsi qu’un suivi plus proactif et une meilleure éducation parmi les prestataires de soins[1]
  • L’étude ESMAA fournit des preuves médicales solides mettant en évidence l’écart actuel dans le contrôle de l’asthme et l’adhérence aux médicaments
  • Deux tiers des patients algériens souffrent d’asthme non contrôlé ou partiellement contrôlé

1] Asthma Control in the Middle East and North Africa: The Esmaa Study | http://www.atsjournals.org/doi/abs/10.1164/ajrccm-conference.2017.195.1_MeetingAbstracts.A2023

[2] Prevalence of asthma in North Africa | https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20122625