dimanche 19 mai 2024
Accueil > Communiqués > Cancer du poumon en Algérie :Ses facteurs de risque et sa prévention

Cancer du poumon en Algérie :Ses facteurs de risque et sa prévention

Pour célébrer la fin du mois de Novembre, mois mondial de sensibilisation sur le cancer du poumon, l’association d’Aide aux malades cancéreux Nour Doha a organisé ce Mercredi 28 Novembre, une journée d’information et de sensibilisation sur le cancer du poumon, sa prévention et ses facteurs de risque, dont figure en première position le tabagisme , responsable de 85% des cas de cancers du poumon.

Cette rencontre a vu la participation d’oncologues, pneumologues et d’autres spécialistes ainsi que des médecins généralistes et paramédicaux impliqués dans la prise en charge du cancer du poumon.

Des présentations sur le cancer du poumon en Algérie, son épidémiologie,ses facteurs de risque et sa prévention ont jalonné cette demi- journée.Aujourd’hui, le cancer du poumon est l’un des cancers les plus répandus et les plus mortels dans le monde, il représente1,8 millions de cas par an et 1 décès sur 5 des cancers dans le monde. La prévention est un moyen d’éviter cette maladie et de réduire le nombre de malades et de décès.

C’est pour cela que les spécialistes ont réitéré les messages de sensibilisation pour encourager les gens à s’éloigner de la cigarette et les fumeurs d’arrêter le plus tôt possible, étant donné que le nombre d’années d’exposition au tabac est plus important que la quantité de tabac fumé par jour. Par ailleurs, le tabagisme passif, c’est-à-dire le fait d’être exposé à la fumée de cigarette sans fumer, augmenterait également le risque de développer un cancer du poumon.

La rencontre a été aussi l’occasion de passer en revue les différents traitements dans la prise en charge des différents types de cancers du poumon (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, thérapie ciblée,…),et des progrès réalisés dans ce domaine , ainsi que de se pencher sur les dernières innovations, notamment l’immunothérapie, véritable espoir pour les malades algériens, ces molécules ne sont pas toutes enregistréesen Algérie et celles qui le sont, ne sont pas encore disponibles.