dimanche 19 mai 2024
Accueil > A LA UNE > La nouvelle feuille de route de Sanofi

La nouvelle feuille de route de Sanofi

Le laboratoire pourrait vendre le Stilnox et le Plavix. Il lance un plan d’économie de 2 milliards d’euros.

Sanofi tourne une page de son histoire. Le premier laboratoire français, numéro 4 mondial de l’industrie pharmaceutique (34,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires), met un terme à ses activités de recherche dans le diabète et les maladies cardiovasculaires. L’annonce a été faite à la veille de la journée investisseurs de Sanofi au cours de laquelle son nouveau directeur général, Paul Hudson, détaillera sa feuille de route depuis les États-Unis.

Cancer: Sanofi rachète une biotech pour rattraper son retard

Sanofi, qui était présent dans le diabète depuis près d’un siècle, fait les frais depuis plusieurs années du recul de cette activité (-13,8% en 2018). Il pâtit notamment de la chute du Lantus, son ancien médicament vedette dont le brevet a expiré en 2015. Après avoir atteint 7 milliards d’euros au plus haut, ses ventes ont été réduites de moitié. Or Sanofi a tardé à renouveler son portefeuille, prenant du retard par rapport à ses concurrents en matière d’innovation.

«Nous allons appuyer nos efforts sur une recherche scientifique de premier plan, des priorités clairement définies et surtout, une volonté de résultats», promet le Britannique Paul Hudson qui a succédé le 1er septembre dernier à Olivier Brandicourt.

Des médicaments  génériqués, qui génèrent encore des volumes  dans les pays émergents mais obèrent la rentabilité

Le laboratoire français se prépare aussi à accélérer la cession d’une partie de son portefeuille de produits matures (Stilnox, Plavix, Lovenox…). Des médicaments anciens, génériqués, qui génèrent encore des volumes importants dans les pays émergents mais obèrent la rentabilité de Sanofi.

Le Big Pharma planche aussi sur l’avenir de son activité d’automédication (13,5 % du chiffre d’affaires du groupe) qui compte son antidouleur star, le Doliprane, mais aussi le sirop Toplexil, le spray Nasacort ou encore les compléments alimentaires Magne B6. Si cette activité reste en croissance (+3%), elle n’obéit pas au même modèle économique