samedi 2 mars 2024
Accueil > Actu / news > Leucémie en Algérie : nécessité d’assurer les moyens thérapeutiques

Leucémie en Algérie : nécessité d’assurer les moyens thérapeutiques

 La mise à disposition des moyens thérapeutiques nécessaires pour la prise en charge de la leucémie en termes de chambres stériles, plaquettes et imagerie médicale favorisera le rétablissement du patient, ont indiqué samedi à Alger des hématologues lors d’un séminaire sur la problématique de la prise en charge des maladies du sang en Algérie.

Quelque 200 cas de leucémie sont enregistrés chaque année en Algérie, a indiqué le chef du service d’hématologie de l’établissement hospitalo-universitaire d’Oran, Pr. Amine Bekadja, précisant que ce type de cancer « n’est pas encore connu » de la société algérienne. Selon l’hématologue, ce type de cancer touche une tranche d’âge de 60 ans, dont l’homme est plus vulnérable à cette maladie que la femme, ajoutant dans ce sens que plusieurs cas ont une relation avec les facteurs héréditaires. La science « n’est pas parvenue à diagnostiquer d’autres facteurs de cette maladie », a-t-il-dit.

Pr. Bekadja : »Un seul cas nécessite la collecte des plaquettes de 24 donneurs »

Concernant le diagnostic de cette maladie, le Pr. Bekadja a souligné qu »il se fait par des analyses de sang ou des examens biologiques qui constatent la prolifération des globules blancs et des cellules lymphocytaires. S’agissant des plaquettes du sang que le patient a besoin, le chef du service d’hématologie de l’établissement hospitalo-universitaire de Tizi Ouzou, Pr. Hocine Ait Ali, a fait savoir que « la prise en charge d’un seul cas nécessite la collecte des plaquettes de 24 donneurs de sang par
semaine ».
Il a salué à ce propos, les efforts consentis par le staff médical du service d’hématologie de l’hôpital de Tizi Ouzou en vue de créer un fond
spécial financé par des bienfaiteurs et des médecins de l’établissement en faveur de cette catégorie.
Si ce taux de leucémie « ne représente que 10 % du total des autres types de cancer », il consomme en revanche 60 à 70 % du budget de l’Hôpital », a-t-il dit.
Le Pr. Reda Kadiri du service d’hématologie à l’hôpital « Saint Quentin » en France, a, de son côté, évoqué les médicaments innovants destinés au traitement du cancer et qui se sont révélés efficaces dans les pays l’ayant utilisé.
Agence