jeudi 23 mai 2024
Accueil > Actu / news > Oncologues régional ouest : Une quarantaine de tumeurs neuroendocrines traitée

Oncologues régional ouest : Une quarantaine de tumeurs neuroendocrines traitée

Le réseau régional de l’ouest pour la  concertation sur les tumeurs neuroendocrines (TNE), tumeurs cancéreuses  rares, a pris en charge une quarantaine de patients depuis sa création il y  a deux ans, a indiqué le chef de service d’oncologie à l’EHU d’Oran, membre  du réseau de concertation régional ouest.

Ce réseau est composé d’oncologues, chirurgiens, radiologues, anatomopathologistes, endocrinologues, pneumologues et de médecins  nucléaristes des wilayas d’Oran, Tlemcen, Ain Temouchent, Mascara,  Mostagamen et Saida, qui se réunissent tous les trois mois pour se  concerter sur les traitements des patients déjà enregistrés et la  présentation de nouveaux cas, a précisé le Pr. Yamouni.

Les (TNE) prennent naissance dans les  cellules

Le système neuroendocrinien se compose de cellules neuroendocrines  dispersées dans tout le corps. On les trouve dans la plupart des organes du  corps, y compris dans le tube digestif, le pancréas, la thyroïde et les  poumons. Les tumeurs neuroendocrines (TNE) prennent naissance dans les  cellules du système neuroendocrinien, a-t-il expliqué.

Ce réseau a été créé conformément aux recommandations du ministère de  tutelle d’adopter les Réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP),  qui représente le quatrième axe du Plan national anti-cancer 2015/2019,  comme méthode dans le traitement du cancer a-t-il rappelé.

Ce genre de réunion permet un échange entre différents spécialistes, ce  qui donne une meilleure visibilité par rapport au meilleur traitement à  choisir pour le patient (chimiothérapie, radiothérapie, chirurgie, …), a  ajouté Pr. Yamouni.

Les oncologues de la région ouest

Les oncologues de la région ouest ont, par ailleurs, créé des réseaux de  concertation qui touchent d’autres types de tumeurs, à l’instar du Groupe  mélanomes (cancer de la peau), le Réseau des tumeurs stromales  (gastro-intestinales) et récemment le réseau du cancer urologique, a  souligné le même responsable, ajoutant que d’autres réseaux seront  prochainement créés.