samedi 2 mars 2024
Accueil > A LA UNE > (Vidéo) Pr Bouzid «Ces médicaments sont de vieux médicaments génériques, en rupture !»
Je comprend rien à ce qui se passe dans le domaine du médicament

(Vidéo) Pr Bouzid «Ces médicaments sont de vieux médicaments génériques, en rupture !»

Le professeur Kamel Bouzid, chef de service d’oncologie au Centre Pierre et Marie Curie (CPMC) d’Alger et président de la Société algérienne d’oncologie médicale, a dénoncé sur TSA ce jeudi la rupture de stock des médicaments itératifs, affirmant que cela dure depuis les quatre derniers mois.

« Les médicaments qui manquent sont le méthotrexate, 5 fu 5 fluorouracile, l’acide folinique, les anthracyclines, la doxorubicine, la zorubicine, l’idarubicine… Ces médicaments manquent depuis quatre mois », a détaillé le professeur Bouzid .

« C’est d’autant plus inacceptable que ces médicaments sont de vieux médicaments génériques qui servent à soigner des malades et des enfants atteints de leucémies aiguës, de lymphomes, de tumeurs osseuses… et surtout permettent de les guérir dans deux tiers des cas », a dénoncé le cancérologue, dont la colère est à peine contenue.

« Ces enfants qui pouvaient guérir vont mourir par la faute de l’impéritie de ceux qui sont chargés de nous fournir des médicaments », a fustigé le professeur Bouzid. « Le débat sur l’industrie pharmaceutique, ce n’est pas notre problème. Notre problème, c’est d’avoir les médicaments en temps et en heure et de manière pérenne », a tonné le chef de service d’oncologie au CPMC.

Le Pr dénonce affirme qu’il ne comprend rien à ce qui se passe dans le domaine du médicament.

« Je répète que ces médicaments sont des très anciens, donc on n’a pas compris ce qui est en train de se passer. On demande à x, il nous renvoie vers y. On avait un seul ministre, on en a trois maintenant concernant les médicaments », a dénoncé le professeur Bouzid.

Le professeur Kamel Bouzid a également mis en lumière le problème majeur autour des thérapies innovantes, qui « ne se résument pas seulement à l’immunothérapie, contrairement à ce que pensent ceux qui conseillent les actuels ministres ».