jeudi 23 mai 2024
Accueil > Contributions > Diabète et Covid 19 :les diabétiques ont déserté nos consultations. Pr Samia Zekri
« Digital Media academy by sanofi Algérie»

Diabète et Covid 19 :les diabétiques ont déserté nos consultations. Pr Samia Zekri

Ce couple infernal dans certaines situations mais certainement pas dans tous les cas est redouté aussi bien par le malade et sa famille parce qu’ils sont mal informés et croient tout ce qu’ils entendent que par le médecin parce lui sait que certains diabétiques font des formes sévères et peuvent aboutir en réanimation où malheureusement une bonne partie d’entre eux va décéder.

La perception que les diabétiques ont de nos messages ne va pas toujours dans le sens que nous voulons : les diabétiques ont déserté nos consultations se suffisant d’un renouvellement d’ordonnance transmise par un tiers.

La JMD est conçue pour soutenir ces patients, les médias peuvent et doivent nous aider à mieux les convaincre à l’adoption des gestes barrière et à renouer avec leur suivi et leurs soignants…

Impact de la Covid19 sur le diabète Les diabétiques sont-ils plus touchés par la Covid19 que la population générale ?

A l’heure actuelle il n’y-a pas d’argument qui sous-tend cette affirmation. Par contre si un diabétique attrape la Covid19, il est plus exposé à faire des complications notamment s’il a des comorbidités et s’il est déséquilibré. D’où l’importance d’observer les gestes barrières et de pratiquer l’auto-surveillance glycémique pour rester équilibré.

 

Tous les diabétiques sont-ils égaux devant le risque de complications quand ils ont la Covid-19 ?

Les patients dont le diabète est récent, non compliqué et bien équilibré ne font pas ou font peu de complications.

Ceux qui font des complications sont les personnes dont le diabète est ancien et compliqué, le diabète est déséquilibré, les diabétiques fragiles, âgés volontiers de plus de 70 ans, ceux qui ont des comorbidités et dont le cœur les poumons ou les reins sont antérieurement atteints ou ceux ayant des facteurs de risque comme par exemple l’obésité, l’ HTA, ou un syndrome d’apnée obstructive du sommeil.

Est-ce que la Covid 19 peut occasionner un diabète chez des personnes saines auparavant ?

Quelques cas ont été rapportés dans la littérature, mais il y a nécessité d’un peu de recul pour bien analyser les données…Il ne faudra pas confondre ces nouveaux cas avec des personnes qui étaient des diabétiques authentiques mais non diagnostiquées ou des personnes qui étaient dans le prédiabète et que l’infection a fait basculer dans le diabète.

Les diabétiques de type 1 sont plus à risque d’acido-cétose que les diabétiques de type2 mais ces derniers ne sont pas en reste de cette complication.

Quelle est la spécificité des symptômes de la Covid19 chez le diabétique ?

Les diabétiques ont les mêmes symptômes que tout le monde. Le seul signe qui leur est spécifique est le risque de voir le diabète se déséquilibrer. Il y a alors nécessité d’adapter le traitement et si le patient ne sait pas le faire il doit contacter son médecin traitant ou se présenter aux urgences s’il a par exemple de l’acétone dans les urines.

Les diabétiques de type 1 sont plus à risque d’acido-cétose que les diabétiques de type2 mais ces derniers ne sont pas en reste de cette complication.

Quels sont les principaux risques de la Covid 19 chez les diabétiques ?

L’infection COVID 19 augmente les besoins en insuline du fait d’une résistance à l’insuline accrue. Cette situation va induire un déséquilibre du diabète avec un risque important de décompensation acido –cétosique ou hyperosmolaire.

La metformine est nécessaire aux diabétiques sauf lorsqu’elle est contrindiquée

Ces malades, une fois à l’hôpital sont mis sous insuline, de préférence des analogues de l’insuline en perfusion à la seringue électrique ou selon un schéma basal bolus. Il est capital de remplacer les liquides perdus du fait de la déshydratation et de donner des électrolytes. Une surveillance des constantes biologiques est instituée et une surveillance glycémique toutes les 4heures est mise en place. La recherche d’acétone dans les urines au-delà de 2.50g/l de glycémie s’impose et va nécessiter des doses supplémentaires. Le risque d’hypoglycémie est beaucoup moins fréquent, les hypoglycémies sont dues à un défaut de nutrition ou mauvaise surveillance ou inhérent parfois à la thérapeutique.

 

Qu’en est-il de la metformine que beaucoup de malades prennent ?

La metformine est nécessaire aux diabétiques sauf lorsqu’elle est contrindiquée. Elle doit être suspendue momentanément chez ceux qui sont en insuffisance respiratoire aiguë et qui désaturent, jusqu’ à rétablissement de la fonction respiratoire…

 

Pr Samia Zekri