samedi 20 juillet 2024
Accueil > Actu / news > Mokhtar Hasbellaoui : « Des mesures incitatives au profit des médecins spécialistes »
Répondant aux questions des députés du Conseil de la Nation

Mokhtar Hasbellaoui : « Des mesures incitatives au profit des médecins spécialistes »

 

Le ministre de la Santé, de la Population et de  la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, a indiqué jeudi à Alger que  des mesures incitatives seront prises au profit des médecins spécialistes  appelés à exercer dans les régions privées de services médicaux  spécialisés.

Répondant aux questions des députés du Conseil de la Nation lors d’une  séance plénière présidée par le vice président Houbal Bouhafs, le ministre  de la Santé a annoncé de nouvelles mesures incitatives notamment en matière  de logement- au profit des médecins spécialistes appelés à exercer dans les  régions privées de services médicaux spécialisés.

Couverture médicale « acceptable » à  M’sila

Concernant la question du député de M’sila sur le gel du projet de  construction d’un établissement public hospitalier d’une capacité de 240  lits à Sidi Aissa (M’sila) et de l’hôpital spécialisé en santé maternelle  et infantile dans la région, le ministre a souligné que le premier projet  est en cours d’étude avec les autorités locales. Pour le deuxième projet,  le ministre a affirmé que la région dispose de structures garantissant une  couverture médicale « acceptable ».

Il a rappelé à cette occasion que la Wilaya dispose de 6 établissements  publics hospitaliers, un établissement public spécialisé dans la santé  maternelle et infantile et 40 cliniques dont 12 disposant d’un service de  gynécologie en plus de 156 salles de soins.

L’institut national du rein à une mission scientifique.

Concernant la deuxième question posée par le député de la wilaya de Blida  pour connaitre les raisons du refus de l’institut national du rein de  prendre en charge des malades, le ministre a répondu que la mission  principale de ce type d’établissements est de faire de « la recherche  scientifique et non de traiter les malades ».

Compte tenu de la taille considérable de cet institut, -a-t-il dit, les  pouvoirs publics ont décidé de le structurer comme un hôpital spécialisé  dans la transplantation d’organes, un siège de l’Agence nationale de  transplantation d’organes et un organisme chargé de la recherche  scientifique dans ce domaine.

Le ministre a indiqué qu’un établissement hospitalier a été crée à  proximité de l’institut pour la prise en charge des insuffisants rénaux,  avec une capacité de 200 lits et est entré en vigueur en 2017. Ce dernier a  effectué pas moins de 55 opérations et plus de 300 autres pour la  dissolution des calculs rénaux par échographie. Selon lui, cet  établissement procèdera à des opérations de transplantation rénale en 2018.

Agence/ synthèse