dimanche 19 mai 2024
Accueil > A LA UNE > CENGIZ Zaim: « Nous ne fabriquons pas que des médicaments génériques ,mais aussi des molécules princeps »
Représentant légal du président directeur général D’Abdi Ibrahim Reméde Pharma SPA

CENGIZ Zaim: « Nous ne fabriquons pas que des médicaments génériques ,mais aussi des molécules princeps »

Abdi Ibrahim, est la principale société pharmaceutique du marché pharmaceutique turc, elle occupe la première place pour les 16 dernières années consécutives.

Créée en 1912, et cumulant plus de 105 ans d’expertise pharmaceutique, présente dans le marché pharmaceutique Algérien depuis 1999 et dispose de ses propres organisations commerciales et marketing dans 13 pays, avec des sites de production en Algérie, Kazakhstan ainsi qu’en Turquie et Abdi Ibrahim assure des exportations à plus de 50 pays allant du Canada à la France; de la Russie à l’Afrique du Sud. Dans une transparence totale Représentant légal du président directeur général D’Abdi Ibrahim Reméde Pharma SPA accepta de répondre à nos questions.

 

SN : Présentez-nous le groupe Abdi Brahim

Mr. C. ZAIM: La SPA Abdi Ibrahim Remede Pharma (AIRP) est une joint-venture entre Abdi Ibrahim Turquie et Remede Pharma Algérie et a été créée en décembre 2014.

Remede Pharma, société locale algérienne, créée en 2004, spécialisée en urologie, Fers & SNC, produits localement AIRP a bâtie une usine moderne en Algérie bâtie sur une superficie de 6000 m2,certifiée GMP par les autoritéset opérationnelle depuis Juillet 2017,d’une capacité de production de 51 millions d’unités par an et a créée plus de 300 emplois Directs.

SN : Quelle est votre densité de présence sur le territoire national ?

Mr. C. ZAIM:Abdi Ibrahim est présente dans le marché pharmaceutique Algérien depuis 1999 et dispose de sa propre organisation commerciale et médico-marketing en plus d’un site de production moderne suscité.

« AIRP a contribué positivement dans l’économie algérienne en réduisant la facture d’importation de plus de 100 millions USD »

SN:Comment percevez-vous le marché algérien du médicament ?

Mr. C. ZAIM:Le marché algérien du médicament est, et restera longtemps, le plus important et le plus solvable dans la région Afrique du nord.

Sa croissance régulièrement est dued’une part de l’importante couverture sociale et à la généralisation du tiers payant et d’autre part, à l’accroissement de la population, à l’évolution de l’espérance de vie, et à la transition épidémiologique vers les maladies chroniques telle que les maladies cardiovasculaires, le cancer, le diabète, l’allergie et les maladies inflammatoires chroniques.

SN : Quelle est votre relation avec les laboratoires Biocon Limited ?

Mr. C. ZAIM:Abdi Ibrahim Reméde Pharma (AIRP) est le partenaire de Biocon en Algérie pour l’enregistrement, la commercialisation de leur gamme de produits biotechnologiques, notamment biosimilaire du trastuzumab et biosimilaire de l’insuline glargine en stylo prérempli.

« L’introduction et la forte adoption des biosimilaires en Algérie devraient faciliter l’accès à des produits biologiques sûrs et efficaces et générer des économies substantielles pour le gouvernement. »

SN : Quels bénéfices pour l’Algérie des activités d’Abdi Brahim Remède Pharma ?

Mr. C. ZAIM:Notre investissement de 25 millions d’euros dans l’usine moderne répond à la politique de l’état Algérien qui s’est fixé un objectif de couverture des approvisionnements en médicaments par la production locale, à hauteur de 70 %, afin de répondre à des besoins incompressibles et croissants par la production locale, afin notamment de réduire la dépendance extérieure.

L’introduction et la forte adoption des biosimilaires en Algérie devraient faciliter l’accès à des produits biologiques sûrs et efficaces et générer des économies substantielles pour le gouvernement.

En 2017, AIRP a mis sur le marché le premier biosimilaire de l’insuline glargine nommé Basalog One®. Basalog One® est un analogue de l’insuline à action prolongée utilisé dans le traitement du diabète sucré chez les adultes, les adolescents et les enfants de plus 2 ans.  L’insuline glargine biosimilaire de Biocon (qui sera commercialisé par l’intermédiaire de son partenaire) est approuvée par l’agence européenne du médicament le 28 Mars 2018 pour sa commercialisation dans 28 pays européen pour toutes indications de l’insuline glargine de référence.

En 2016, AIRP a également mis sur le marché le premier biosimilaire du trastuzumab (CANMAb®) pour le traitement du cancer Her2 + du sein & de l’estomac. Le trastuzumab de Biocon (déposé et commercialisé par l’intermédiaire de son partenaire) est approuvé par la FDA « Food & Drug Administration» le 1er décembre 2017 pour toutes les indications du produit de référence, notamment pour le traitement du cancer du sein surexprimant HER2 et du cancer de l’estomac métastatique (adénocarcinome de la jonction gastrique ou gastro-œsophagienne).

Dans le marché hospitalier d’appel d’offre (PCH), AIRP a contribué positivement dans l’économie algérienne en réduisant la facture d’importation de plus de 100 millions USD par le lancement du premier biosimilaire du trastuzumab.

Ces deux produits font une différence pour les patients en leur permettant d’accéder à des produits biologiques abordables pour des maladies comme le diabète et le cancer.

SN : Quelle est la valeur ajoutée du pipeline d’Abdi Ibrahim en Algérie dans un marché de plus en plus inondé par la présence de générique ?

Mr. C. ZAIM:La valeur ajoutée d’Abdi Ibrahim est dans la qualité et la régularité de la disponibilité de ses médicaments en Algérie.Nous ne fabriquons pas que des médicaments génériques de haute qualité, mais aussi des molécules princeps notamment les fers de notre partenaire VIFOR et bientôt d’autres médicaments princeps issus de la R&D.

 

SN : Qu’en est-il de la garantie de sécurité, d’efficacité, de tolérance et de bioéquivalence ?

Mr. C. ZAIM:Les preuves d’efficacité, de la tolérance, de l’innocuité, de la bioéquivalence pour les médicaments chimiques et de la biosimilarité pour les médicaments biosimilaires des médicaments que nous commercialisons sont fournies dans les dossiers d’enregistrement aux autorités sanitaires Algériennes selon la réglementation en vigueur.

Nous sommes engagés chaque jour pour assurer une disponibilité des médicaments de qualité, efficaces et sûrs pour les patients et les professionnels de la santé. Notre département de pharmacovigilance suivi en collaboration avec le centre national de pharmacovigilance et matériovigilance tous les signalements notifiés par les professionnels de la santé.

SN : Et en termes de qualité ?

Mr. C. ZAIM:Tous nos médicaments sont contrôlés par notre laboratoire de contrôle qualité et par le Laboratoire National de Contrôle des Produits Pharmaceutiques [LNCPP] avant leur commercialisations.

« Ceux qui dénigrent sans aucune preuve scientifique ou médicale les biosimilaires ont pour objectif de garder leur monopole »

Pensez-vous que le biosimilaire est une formule qui sied le mieux pour le pouvoir d’achat du patient algérien ?

Mr. C. ZAIM:Les médicaments biologiques représentent plus d’un tiers du marché pharmaceutique algérien avec un total de 1 milliard de dollars américains. L’adoption des biosimilaires en Algérie, générait des économies substantielles pour le gouvernement. Ces économies serviraient à améliorer considérablement l’accès des patients à des thérapies biologiques nouvelles, importantes et vitales.

SN : Certains concurrents n’hésitent pas à dénigrer le biosimilaire ! Quel est votre opinion ?

Mr. C. ZAIM:Ceux qui dénigrent sans aucune preuve scientifique ou médicale les biosimilaires ont pour objectif de garder leur monopole sur le prix et sur le marché.

Il est clair que le monopole ne sert pas l’Algérie. Comme les médicaments génériques il y a 30 ans ! Aujourd’hui, elle a sa propre industrie du médicament générique, dans un avenir proche elle produira ses biosimilaires.

« Notre ambition est d’être dans le top 10 »

SN : La contrefaçon dans le secteur du médicament, Quel est votre opinion ?

Mr. C. ZAIM:L’Algérie dispose d’une réglementation et d’un système de veille efficace qui lui permet de lutter efficacement contre toute contre façon dans le médicament.

SN : Comment percevez-vous la politique algérienne du médicament ?

Mr. C. ZAIM:Cohérente et au service de sa population.

SN : Quels sont vos projets d’avenir pour consolider votre position sur le marché algérien ?

Mr. C. ZAIM:Notre ambition est d’être dans le top 10 des compagnies pharmaceutiques d’ici 3 ans, de répondre aux besoins des patients et professionnels de la santé en Algérie et enfin d’être un acteur majeur pour l’exportation des médicaments fabriqués en Algérie.

 

Propos recueillis par: santé news