dimanche 19 mai 2024
Accueil > Bien être > Paracétamol : sensibiliser au risque en cas de surdosage
L'ordre des pharmaciens appelle les officines de pharmacie a se conformer à la loi

Paracétamol : sensibiliser au risque en cas de surdosage

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé qu’elle souhaite renforcer les informations présentes sur les boites de médicaments à base de paracétamol. Objectif : sensibiliser patients et professionnels de santé sur les risques hépatiques liés au mésusage de ce médicament, premier antalgique utilisé .

A cet effet, l’ANSM lance une consultation publique qui porte sur un message d’alerte à faire figurer sur les boites et sur l’harmonisation des mentions visant à prévenir ce risque hépatique, d’ores et déjà présentes sur certains conditionnements.

« Le paracétamol est un médicament sûr et efficace dans les conditions normales d’utilisation », souligne l’agence dans un point d’information. « Mais en cas de mésusage, notamment par surdosage en associant plusieurs produits contenant du paracétamol et/ou  par non-respect de leur posologie, le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie dans certains cas irréversibles », rappelle-t-elle également. La mauvaise utilisation du paracétamol est la 1ère cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France.

L’ANSM invite ainsi toute personne qui le souhaite à participer, jusqu’au 30 septembre 2018 , à la consultation publique « Risque hépatique lié au surdosage en paracétamol : mise en place d’un message d’alerte sur les boites (conditionnement) ».

Une consommation en hausse de 53% en 10 ans

Le paracétamol est la substance active la plus vendue en France et sa consommation a augmenté de 53% en 10 ans. Près de 200 médicaments contenant du paracétamol, seul ou associé à d’autres substances, sont actuellement disponibles avec ou sans prescription médicale pour traiter les douleurs, la fièvre ou les symptômes du rhume.

Dans ce contexte, l’Agence a engagé différentes actions afin de garantir aux patients un accès sécurisé à ce médicament. Dans les années 80, la France a été le premier pays européen à avoir limité la dose de paracétamol par boite (8 grammes). Depuis 1998, l’Agence a demandé la diffusion de messages d’alerte dans la publicité grand public , en particulier sur la présence de paracétamol dans les médicaments et le risque d’associer plusieurs médicaments qui en contiennent pour éviter tout risque de surdosage. En 2008, une campagne d’aide à l’automédication a été réalisée avec, pour le paracétamol, une fiche d’aide à la dispensation et un dépliant pour les patients , qui mentionnent le risque hépatique en cas de surdosage. A ce jour, toute publicité à la radio ou à la télévision doit mentionner à l’oral  « Ce médicament contient du paracétamol. Attention aux risques pour le foie en cas de surdosage ».

ANSM