dimanche 19 mai 2024
Accueil > Contributions > Pr Djamaleddine NIBOUCHE :L’hypertension artérielle, actualités 2020

Pr Djamaleddine NIBOUCHE :L’hypertension artérielle, actualités 2020

Session d’information dédiée aux journalistes spécialisés dans la santé conférence virtuelle par Sanofi Algérie à l’occasion de la journée mondiale de l’hypertension artérielle du 17 octobre 2020:

– Introduction, prévalence.

L’hypertension artérielle dont la prévalence est très élevée dans le monde constitue l’un des problèmes majeurs de santé publique dans les pays développés et émergents. Il s’agit de la plus fréquente des affections cardio-vasculaires : sa prévalence en Algérie est variable en fonction des études réalisées sur la population adulte, elle est de 25% selon l’étude du Pr Feghoul en 1987, 35,5% selon la société algérienne d’hypertension artérielle en 2004, 26% selon l’étude Step-OMS de 2005, 24,93% selon l’étude Tahina en 2007 et 23,6% selon l’étude Step-OMS de 2017. La différence de prévalence entre les différentes études est liée à des méthodologies différentes. Selon toutes ces études nous pouvons dire qu’un peu plus du quart de la population algérienne âgée de plus de 18 ans est hypertendue. Le risque de devenir hypertendu augmente avec l’âge. Dans l’étude Step-OMS de 2017, la prévalence atteint 62% dans la tranche d’âge se situant entre 60 et 69 ans. La prévalence la plus élevée de l’hypertension artérielle est notée dans la région africaine. Pour 2025, les chercheurs ont estimé que 29,2 % de la population adulte sera hypertendue, soit 1,56 milliards d’individus, pour une augmentation de 60 % en 25 ans.

-Mortalité de l’hypertension artérielle.

La mortalité liée à l’hypertension artérielle est très élevée dans le monde. Les maladies cardiovasculaires sont responsables d’environ 17 millions de décès par an dans le monde, soit près d’un tiers de la mortalité totale. 9,4 millions de décès par an sont imputables aux complications de l’hypertension.

-Qu’est-ce que l’hypertension artérielle ?

L’hypertension artérielle est une augmentation de la tension dans les vaisseaux sanguins de manière constante ou épisodique, ce qui a pour effet d’augmenter le travail de la pompe cardiaque et de favoriser le durcissement des vaisseaux. L’hypertension artérielle se définit par une tension systolique égale ou supérieure à 140 mm Hg ou par une tension diastolique égale ou supérieure à 90 mm Hg.

-Les facteurs de risque.

Les facteurs liés aux comportements et aux modes de vie peuvent contribuer à l’apparition de l’hypertension artérielle. Ces facteurs sont notamment le tabagisme, l’alimentation malsaine et la consommation excessive de sel, la sédentarité, le surpoids, l’obésité et la consommation nocive d’alcool. L’hypertension artérielle est dite essentielle, c’est-à-dire sans cause dans 95% des cas. Le caractère héréditaire familial est très fréquent témoignant d’une cause génétique.

-Complications.

A la longue, le cœur se fatiguera et deviendra défaillant, c’est l’insuffisance cardiaque qui est l’une des complications majeures du sujet hypertendu. Les vaisseaux aussi subiront des modifications importantes aggravées par leur vieillissement (athérosclérose) ce qui aboutira à l’angine de poitrine (rétrécissement des artères coronaires), à la crise cardiaque (oblitération des artères coronaires), à l’accident vasculaire cérébral, à la démence vasculaire et à la maladie des artères des membres inférieurs (artériopathie). D’autre part, l’hypertension artérielle altèrera progressivement la fonction des reins aboutissant à l’insuffisance rénale. Toutes ces complications redoutables peuvent être évitées par un dépistage précoce et une prise en charge efficace basée sur une bonne hygiène de vie (poids adéquat, régime peu salé apportant moins de 6 grammes de sel par jour, activité physique : 30mn trois par semaine, arrêt du tabac et vie calme peu stressante). A côté de cela, il faut équilibrer correctement le diabète chez les sujets diabétiques et aussi le cholestérol chez ceux qui ont un niveau élevé. L’hypertension artérielle est une maladie silencieuse, largement sous-diagnostiquée et sous-traitée. Souvent, elle n’est détectée que lors de consultations médicales de routine ou lorsqu’elle a déjà causé des dommages graves.

-Traitement.

Le dépistage à un stade précoce protège de l’évolution vers le stade d’hypertension artérielle compliquée et facilite la prise en charge thérapeutique. Cinq grandes classes de médicaments sont préconisées dans le traitement de l’hypertension artérielle : les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC), les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine 2 (ARA 2), les bêtabloquants, les inhibiteurs calciques et les diurétiques thiazidiques ou épargnant le potassium. Un algorithme décisionnel a été développé pour fournir une recommandation de traitement simple et pragmatique pour le traitement de l’hypertension artérielle, basé sur quelques principes et recommandations clés. Malgré la disponibilité des traitements médicamenteux efficaces contre l’hypertension artérielle, le taux de contrôle de la pression artérielle en Algérie et dans le monde reste insuffisant.

Biographie

du Pr Djamaleddine NIBOUCHE

Djamaleddine NIBOUCHE est professeur en cardiologie depuis 1999 à la faculté de médecine d’Alger. Il exerce au CHU d’Hussein-Dey en tant que chef de service de cardiologie.

 Il a suivi ses études de spécialité à la faculté de médecine d’Alger et à la faculté de médecine de Lille (France). Le professeur Djamaleddine NIBOUCHE est président honoraire de la société algérienne de cardiologie, il en a été le président effectif de 2004 à 2006.

Il est membre de la société européenne de cardiologie et membre correspondant de la société française de cardiologie.

 Expert auprès de nombreux organismes nationaux et internationaux, il est l’auteur de plus de 600 communications scientifiques dont une thèse de doctorat de second cycle portant sur l’évaluation de la correction complète de la tétralogie de Fallot.

Ses domaines d’intérêt et de recherche sont : soins intensifs de cardiologie, hypertension artérielle, lipidologie, échocardiographie, cardiologie de l’enfant, athérothrombose, cardiologie du sport.